Rien sur Ontario - 3

Auteur·e·s: 

Quelque part
entre les marchés Maisonneuve et Saint-Jacques
On plonge longuement, longtemps sur l’ondoyante Ontario,
Lourdes de ses véhicules, gargotes, pawnshops,
Quelques bars échappés, miteux ou snobinards.
Vélos volant
Cahotent les chars
Mon âme! chauffe ce café
Et ce soleil maudit toujours

 

Si le dépanneur Chinois fait
(encore) crédit à Paul Pérou.
-Qu’est-ce que tu fais icitte Paul,
tu portes le même chandail qu’hier…
et tu l’as mis à l’envers.
T’es pas réveillé, Paul. Va donc te recoucher.
Il est trois heures de l’après-midi.

 

On ne se prend pas au sérieux…
Toujours à dix-sept ans, l’Ontario
Malgré ses chantiers de chantier,

 

Pourtant
pas même le libraire, le nettoyeur et le vendeur de loto
Ne savent quand ou commence ou finit
L’Ontario.

Emplacement: 
Modalités du parcours: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.