Message d'erreur

Le filtre anti-pourriel (anti-spam) installé sur ce site est actuellement indisponible. Nous ne pouvons accepter de nouvelles soumissions jusqu'à ce que le problème soit résolu. Essayez de soumettre à nouveau le formulaire dans quelques minutes.

Échouages, un vingt-quatre octobre

Auteur·e·s: 

rue des églises
des voix fusent s’éloignent

sur la plaque d’un trou d’homme
à travers un sac de plastique
on voit un paquet de cigarettes
un briquet deux strings propres

baluchon de jours maigres
pense-t-on

 

*

 

pose la tête sur l’oreiller du 3848
pour écouter ce qui fuit
derrière la brique et les fenêtres
barricadées

chuchote-moi le souffle des bêtes
le remugle qui rampe et la rumeur
de l’épervier

 

*

 

avenue d’Orléans j’aurais pu
ne pas le voir

cet homme aurait pu être
        mon père mon grand-père
le mien le vôtre c’est pareil
étendu dans la brisure des feuilles
les jambes sous une Cavalier
quatre-vingt-dix-sept grise
la mâchoire sur la chaîne
de trottoir les lèvres en croûte

ça va j’ai rien j’ai bu
mon mois appelle

pas les secours

un vingt-quatre octobre

en plein midi
on tient par le manteau
la transparence du buveur
de temps

il ne va pas
loin sur Ontario

lâche-moi

deux cents pas deux kilomètres
c’est égal
quand la terre tourne
à la vitesse de la tête

        j’aurais pu ne pas le voir
        mon père

Modalités du parcours: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.