Message d'erreur

Le filtre anti-pourriel (anti-spam) installé sur ce site est actuellement indisponible. Nous ne pouvons accepter de nouvelles soumissions jusqu'à ce que le problème soit résolu. Essayez de soumettre à nouveau le formulaire dans quelques minutes.

«La sonnette ne marche pas»

Auteur·e·s: 

à suivre le poète
tu imagines habiter
le trottoir des Amériques
et nunc

tu gis là
dans la marge intérieure
petit fond où vase et vers
se font prendre
loin de la gouttière

*

de bon matin
les petites jumelles
d’en face échangent
un ballon de plage
un premier vendredi d’été

*

tu dis
je traverse la rue

tu penses
j’enjambe le continent

*

scotchée à un poteau
«la révolution a besoin de vous» mais

quand explosent sur le boulevard
des lendemains de veille en robes soleil

un vingt-quatre juin
vous n’y croyez pas

*

rue Sainte-Catherine

on se ravale la façade
devant la vitre brisée
d'un condo

à vendre

*

rue Adam
on revient du dépanneur
avec en mains
un Jeu de mots et trois dollars
en moins

*
 

tu vires Debord

dans le monde
en trente-six versements égaux
le vrai est un moment
du faux

*

sur un trottoir
de la table de polissage
une perruche à l'index
est dévorée par une barbe
rousse qui susurre

on passera une belle soirée

*

à la ligne d’arrêt
tu regardes à gauche à droite
à gauche un punk la quarantaine
avancée dans l’ivresse
oscille de gauche à droite
derrière devant

jusqu’à ce que les côtes se râpent
sur un rivet de la rampe que les genoux
croisés les pieds bottés s’enfoncent
dans les marches rognées par les ponques

dans une main tordue et virevoltante
un sac de canettes vides des grelots
sur Bourbonnière

le vent prend dans la crête
rose pousse le corps
sur le bicycle verrouillé
à la rouille de clôture

le lever d’une ligne de raie
au-dessus d’une ceinture de balles
jacket patché
Dead Kennedys et Municipal
Waste cousus de fil blanc

Give Me Convenience OR
The Art of Partying

feu vert

*

ils ont écrit
la sonnette ne marche pas
toquez fort

tu réfléchis

pour que la sonnette marche
il faudrait toker fort

*

dans les ruelles la nuit
tu entends un cliquetis
de couverts
venant des carrés
incandescents

parfois c’est la rumeur
d’une expiation
une haleine passée à tabac
qui te fait tourner la tête

*

un cylindre d’aluminium
roule entre les graminées
d’un stationnement désert

tu erres Boris
sur le bitume

Mots-clés: 
Modalités du parcours: 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.